Hin Nam No limestone forest Laos

Foret karstique de Hin Nam No

Il existe 20 zones naturelles protégées (National Protected Areas en anglais- NPA) couvrant environ 14% du pays. Le centre abrite le plus grand espace calcaire de la région et est le domicile d’espèces rares comme le saola. Le Sud du Laos accueille un Mékong large et puissant qui dissimule des milliers d’îles ainsi que le Plateau des Bolovens au climat tempéré. Si l’accès à certains parcs nationaux n’est pas toujours aisé, il existe de nombreuses possibilités d’exploration grâce à des activités comme la randonnée, le bateau, le kayak, le vélo, l’ornithologie, la botanique, ou la spéléologie.

Depuis Vientiane, le parc le plus accessible est celui de Phou Khao Khouay où vous pourrez randonner, visiter des chutes spectaculaires et passer une nuit dans une tour d’observation pour y guetter des éléphants. En province, il faut se rendre dans le parc de  Nam Ha à Luang Nam Tha pour une randonnée, ou bien encore aller observer les oiseaux sur les terres humides de Pha Pho dans le parc de Xe Pian, province de Champassak. Une excursion dans le parc de Dong Phou Vieng, province de Savannakhet, vous donnera une chance de voir de jolis douc langur. Si les grottes vous intéressent, alors ne manquez pas le parc de Phou Hin Boun dans la province centrale de Khammouane, les grottes de Konglor, ou les labyrinthes de Viengxai où se cachaient les rebelles communistes. L’offre évolue constamment, renseignez-vous.

Faune et flore

Le Laos est le domicile d’une bonne centaine d’espèces de grands mammifères. Plusieurs d’entre eux sont des espèces asiatiques telles que le tigre, l’éléphant d’Asie et le gaur (un bovidé sauvage). Le Laos a aussi un nombre impressionnant de primates incluant cinq types de gibbons, cinq espèces de macaques et quatre singes des arbres dont l’incroyablement joli douc langur.

De récentes découvertes impliquent le saola, une sorte d’antilope, aperçue aussi au Vietnam, de nombreux daims et chevreuils comme le muntjacs, mais aussi un petit lapin rayé, et une nouvelle famille complète de rongeurs proche du porc-épic, localement connue sous le nom de kha-nyou.

De plus, le Laos compte plus de 165 espèces d’amphibiens et reptiles comme le python birman (python molurus bivittatus), le python molure (python molurus molurus), le cobra royal (ophiophagus hannah) ou le grand et sonore tokay gecko (gecko gecko) que l’on retrouve dans de nombreuses habitations à travers le pays.

Les possibilités d’observer cette incroyable diversité sont sérieusement menacées. Une longue tradition de chasse et de vente de ces produits ont gravement affecté la faune à travers le pays. Veuillez à ne pas manger ou acheter de produits dérivés de la faune et de la flore. L’accroissement de l’écotourisme et de l’intérêt des voyageurs permettent d’augmenter de manière singulière les revenus des locaux et motivent la préservation des espèces. Montrez aux Laotiens  votre curiosité à observer la vie sauvage dans son habitat naturel.

Ornithologie

Bird of prey, Laos

Oiseau de proie

Avec plus de 700 espèces enregistrées et de nouvelles espèces identifiées presque chaque mois, le Laos est devenu une destination de choix pour les ornithologues du monde.

Les montagnes du Nord du pays accueillent plusieurs espèces associées à celles de la Thaïlande septentrionale et du Nord-est de l’Himalaya. Une grande diversité de passereaux (paradoxornis davidianus) mais aussi le martin-pêcheur de Blyth (alcedo hercules), le calao à cou roux (aceros nipalensis), la sitelle (sitta formosa), ou encore le pouillot à ventre jaune (phylloscopus cantator) peuvent être trouvés dans les forêts du nord.

La plaine du Mékong est couverte de forêts de type sèche à feuilles caduques habitées par des busautours pâles (bustatur liventer), des pics à tête noire (picus erythropygius) ou d’autres passereaux et échenilleurs (pericrocotus).

Le fleuve lui-même est un important corridor pour les migrations des oiseaux marins et oiseaux d’eau douce, ou les oiseaux résidents de ses bancs de sable. La portion méridionale du fleuve, le long de la frontière cambodgienne est le domicile des très rares ibis de Davison (pseudibis davisoni) et de l’ibis géant (pseudibis gigantea), tout comme d’une petite population de canards à croupe blanche et à tête rouge. Toutefois, la découverte la plus excitante dans le secteur est la description d’une nouvelle espèce : la bergeronnette du Mékong (motacilla samveasnae).

Probablement le meilleur endroit pour l’ornithologie au Laos se situe le long de la Chaîne Annamitique qui sert de frontière avec le Vietnam. Le pomatorhin à queue courte (jabouilleia danjoui), la sitelle à bec jaune (sitta solangiae) et le tout récemment décrit actinodure à calotte noire (actinodura sodangorum) sont repérables. Un peu plus répandue la pirolle de Whitehead (urocissa whiteheadi) ou les timides et difficiles à voir argus ocellé (rheinardia acellata) et brèves à nuque bleue (hydrornis nipalensis). Sans oublier l’énigmatique timalie d’Herbert (stachyris herberti) disparu depuis des décennies puis redécouvert dans les années 90 dans le centre du Laos.

Galerie d’images